Ne laissons pas un blanc dans notre histoire municipale…

Il n’existe pas de scénario idyllique dans la vie républicaine. L’électeur progressiste niçois en fait -merci beaucoup- l’amer constat depuis longtemps.

Raison de plus pour ne pas se saborder en optant, par désespoir ou par dépit, pour des blocages politiques absurdes qui enterrent les dernières chances du sursaut attendu.

Car, il n’existe pas non plus de fuite possible devant la réalité. Nous sommes confrontés en effet, de façon de plus en plus pressante, à des défis majeurs qui se déclinent du local au planétaire. L’avions-nous oublié qu’une pandémie est venue rappeler, jusque dans notre chair, l’immense interdépendance des êtres, des communautés et de la biodiversité terrestre.

AUX YEUX DE TOUS, LA QUESTION ENVIRONNEMENTALE S’EST LOGÉE AU CENTRE DE NOTRE VIE POLITIQUE.

De partout, elle canalise les recherches, les expérimentations, les débats. A l’évidence, elle inspire aussi des calculs personnels et des pirouettes idéologiques, comme un hommage que le vice rendrait à la vertu.

QUOI QU’Il EN SOIT, ELLE SE POSE AUJOURD’HUI COMME UNE INDISCUTABLE PRIORITÉ et, sans doute, comme le terreau fertile dont les générations montantes feront jaillir de nouvelles floraisons sociales et démocratiques.

C’est le message simple et direct qu’il est encore possible de délivrer au 2ème tour de l’élection municipale niçoise…

NICE 28 JUIN

JE VIENS ET JE VOTE

JE VOTE ET JE CHOISIS

VERT PLUTÔT QUE BLANC

VERT PLUTÔT QUE RIEN

VERT PLUTÔT QUE BRUN

Et nous écrirons tous ensemble la suite de l’histoire parce que nous aurons veillé d’abord à ne pas l’interrompre, à ne pas fracasser nos chances d’avenir.

Fimbel Canam

Cercle européen Victor Hugo

Agir Contre le Racisme

Logo nice écologique page

Dans le cadre de l’inauguration du nouveau local de proximité, Jean Marc Governatori répond aux questions des journalistes et déclare “Si le Maire sortant est réélu, Nice Écologique demande à se voir confier la gestion du volet environnement des politiques publiques”.  

Cette mesure implique la création et présidence d’une Commission de contrôle, comprenant les associations, des représentants de santé, des institutions, des élus, élargie à des citoyens tirés au sort. Une commission dont le rôle est de contrôler, d’évaluer, de proposer. Cette commission permettrait aussi de s’opposer aux grands travaux initiés tels que l’extension de l’aéroport, la plaine du Var,  les grandes surfaces…

Une position qui permettrait d’imposer des critères environnementaux à tous les projets urbains, sociaux, économiques …